DECES DU PHYSICIEN ALGERO-IRAKIEN ABDUL KADHUM ALABOUDI A ORAN: Suites à une longue et lourde maladie

Le physicien algéro-irakien Abdul kadhum Alaboudi, un des premiers chercheurs à se pencher sur les essais nucléaires de l’armée coloniale française dans le Sahara algérien, est décédé mardi à Oran, a-t-on appris de source universitaire. Ce professeur de physique à l’université Oran 1 est décédé à l’hôpital militaire d’Oran des suites d’une lourde maladie, a-t-on appris auprès de ses proches. Abdul Kadhum Elaboudi, installé à Oran depuis les années 1970, était un des premiers à faire des recherches sur les essais nucléaires de l’armée française à Reggane, selon le chargé de communication de l’université Oran1, Mohamed El Abbasi. Le chercheur a, à son compte, plusieurs études et des dizaines de livres et publications sur les crimes de la France dans le Sud algérien, a-t-il rappelé. Abdul Kadhum Alaboudi est un fervent défenseur des victimes des essais nucléaires français dans le Sud algérien. Il a également publié des livres et des écrits sur l’utilisation des armes de destruction massive en Iraq et en Palestine.

Hadj.H

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

20 + vingt =