DE GHAZA A KIEV

Le sang d’un enfant ghazaoui, serait-il différent du sang d’un enfant du même âge à Kiev ? Selon l’endroit où l’on se trouve dans la planète, il semblerait qu’il faut pleurer le sang de l’enfant de Kiev, lorsqu’il est blessé par les obus, il faut alerter le monde parce que les occidentaux n’aiment pas qu’on fasse du mal à un enfant de Kiev et parce que aussi, le Vatican, force religieuse suprême plus proche de dieu pour ses fidèles, interdit que l’on fasse du mal à un enfant ukrainien. Même la fédération de football, la puissante FIFA, comme toutes les autres fédérations internationales sportives ou culturelles, vont jusqu’à bannir tout agresseur d’enfant ukrainien, c’est ce qu’on appelle couramment, être humanitaire mais sans être humaniste et la nuance est de taille.

L’enfant de Ghaza, lui peut supporter la faim et le froid, il peut même supporter les bombardements sionistes sans que l’on s’offusque outre mesure. L’enfant de Ghaza peut même supporter la prison israélienne, les coups de pieds et de poings des soldats de l’entité sioniste ont l’air d’être des caresses, notamment lorsqu’ils sont plusieurs soldats, armés de toute la lâcheté du monde pour trainer sur le sol, un petit enfant de Ghaza. les médias occidentaux, préfèrent passer des documentaires comment sauver l’oiseau tombé du nid ou du chaton coincé sur un toit, il parait que cela fait plus humain et c’est moins choquant pour le téléspectateur occidental, qui n’a pas besoin de voir, la cinquantaine de morts dont une vingtaine d’enfants et plus de 300 blessés  sous les bombardements de l’armée sioniste. Le Vatican serait-il occupé à régler les dossiers de ses prêtres pédophiles comme ces gouvernants occidentaux soumis au Diktat israélien, qui n’oseraient jamais opposer un refus à leurs commandants,

Si l’on se mettait à faire des calculs cyniques, les pertes de victimes de Ghaza, est de suite compensé par le nombre de morts lors des fusillades quotidiennes dans  les écoles américaines, ou dans les assassinats de masse dans d’autres pays occidentaux, à la différence que les pays dits sous développés ; sont meurtris d’entendre ou de voir que des enfants ont été tués lors d’une fusillade commise par un détraqué dans une école primaire ou dans un supermarché.

Nous autres sous développés, nous continuerons a nous émouvoir pour toutes les personnes blessés dans le monde entier, quelle que soit sa race ou sa couleur de peau, c’est ce qu’on appelle couramment être humanistes.

Zitouni Mustapha

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

dix-sept − 6 =