COVID-19 ET VACCINATION CONTRE LA GRIPPE: L’équation du Pr Nadjet Mouffok du CHU d’Oran

Comme tous les ans à la mi-octobre, mi-novembre, la campagne de vaccination contre la grippe saisonnière s’ouvre. Mais pour cet hiver 2021-2022, cette maladie va encore cohabiter avec le coronavirus. Une situation inédite qui préoccupe un tant soit-il les médecins, car elle pourrait créée  un engorgement des unités Covid et une confusion des malades. Pour Oran, la campagne de vaccination contre la grippe saisonnière débute  et beaucoup de question se pose. En effet la population se demande si l’on peut cumuler le vaccin contre la grippe et le vaccin contre le Covid. Notamment,  quel est l’impact de la connexion de ces deux vaccins. Le Pr. Nadjet Mouffok, chef de service infectieux, en charge des malades Coivd au CHU d’Oran,  a fait le point sur ces questions, en rassurant la population oranaise. Selon elle, il est compliqué de différencier les symptômes du Covid-19 d’une grippe. Maux de tête, fièvre, fatigue… même la perte d’odorat constatée par des malades du coronavirus peut se retrouver dans certaines formes de grippe. Pour le Pr Mouffok, il ne faut pas perdre de temps pour se faire vacciner, et particulièrement cette année, nécessairement avec l’apparition de nouveaux variant. « Il est très difficile, voire impossible de trancher entre grippe et Covid sans faire de test PCR », résume-t-elle. D’où l’importance de se faire vacciner pour éviter une saturation des laboratoires réalisant ces fameux tests, déjà fortement débordés par l’épidémie de coronavirus. Selon le Pr Mouffok, l’intérêt de se faire vacciner contre la grippe permet donc, outre d’éviter des complications graves chez les personnes vulnérables, de désengorger les UMC et les unités de traitement, jusqu’aux lits de réanimation. Elle ajoute que concrètement, ce vaccin ne protège pas du Covid-19, tout simplement parce qu’ils n’appartiennent pas à la même « famille ». La grippe étant de type influenza et le Covid-19 de type coronavirus. Par ailleurs le Pr Mouffok rassure que la situation épidémiologique a nettement baissé à Oran, rappelons que pas plus tard que les mois passé, la wilaya atteignait la barre des 300 cas/jour, pour en arrivé au bilan d’hier à un nombre de 20 cas à Oran,prix en charge et ‘’0’’ nouveaux cas en admission.

Hadj H 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

4 × 5 =