Bouslimani : l’affaire Bouraoui a fait tomber les masques de la presse française

Le ministre de la Communication, M. Mohamed Bouslimani, a affirmé, samedi, que l’affaire de l’exfiltration illégale de la ressortissante algérienne Amira Bouraoui, a « fait tomber les masques » de la presse française, qui mène une campagne virulente qui vise à porter atteinte à l’Algérie, appelant les médias algériens, toutes catégories confondues, à riposter à ces viles campagnes avec un grand professionnalisme.

« Ce qu’a fait la presse française ne nous a pas étonnés. Tout était clair bien avant, mais, aujourd’hui, l’affaire de l’exfiltration de la dénommée Amira Bouraoui a fait tomber les masques », a précisé M. Bouslimani dans un entretien au journal électronique « ‘AlgerieMaintenant ».

La presse française « a tenté d’induire en erreur l’opinion publique internationale en qualifiant (Amira Bouraoui) de journaliste, alors que celle-ci n’a aucun lien avec la profession de journaliste et tous les gens du secteur en Algérie le savent », a ajouté le ministre.

Amira Bouraoui « exécutait un agenda pour le compte de puissances étrangères connues, preuve en est la position scandaleuse des médias publics français, qui ont lancé une campagne virulente contre l’Algérie, qui n’est pas sans rappeler celles menées à partir des années 1990, lorsqu’ils (les médias français) ont tout mis pour faire tomber l’Etat algérien, en s’en prenant clairement à l’Armée nationale populaire (ANP), digne héritière de l’Armée de libération nationale (ALN) », a souligné M. Bouslimani, ajoutant qu' »ils étaient derrière la sinistre  question Qui tu qui?, bien qu’ils savaient pertinemment que l’Etat et le peuple algériens combattaient le terrorisme aveugle ».

« Si la presse française n’avait pas réussi à l’époque ses plans visant à renverser l’Etat algérien qui combattait, seul, le terrorisme, comment pourrait-elle aujourd’hui porter atteinte à l’Algérie nouvelle, considérée de l’avis de tous, comme une puissance régionale, une Algérie unie et indivisible, telle que scandée par les Algériens lors du Hirak béni  Djeïch, chaâb, khawa khawa », a soutenu le ministre.

« Les acquis concrets que l’Algérie a réalisés sous la direction du président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune, dérangent désormais les ennemis de l’Algérie qui parient désespérément sur la déstabilisation de l’Etat et de ses institutions, et nous leur assurons qu’ils ne réussiront jamais à y parvenir », a-t-il souligné.

Quant à l’éventualité que cette affaire affecte les liens algéro-tunisiens, M. Bouslimani a affirmé que « les relations entre l’Algérie et la Tunisie se sont tellement consolidées, notamment ces trois dernières années, qu’elles ne seront jamais ébranlées par les gesticulations médiatiques aux objectifs explicites orchestrées par des médias français ne voulant toujours pas admettre, ni leurs parrains d’ailleurs, que l’Algérie est souveraine dans ses décisions ».     « L’Algérie a choisi d’être aux côtés de la Tunisie dans tous les sens du terme », a-t-il poursuivi.

« Après les tentatives désespérées de la presse française d’exploiter l’affaire honteuse de l’exfiltrée Bouraoui, dans le but de déstabiliser les relations fortes et fraternelles entre l’Algérie et la Tunisie, le président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune avait enjoint, dans le cadre du raffermissement des liens entre les deux peuples, de faciliter l’accès des citoyens tunisiens en Algérie via les postes-frontières, et aura ainsi fermé la porte à toute tentative ».

Face à tous ces nombreux défis, « les ennemis de la stabilité et de la réussite usent désormais de tous les moyens dont ils disposent, y compris des médias, en vue de briser la courbe ascendante enregistrée par le pays », a estimé le ministre, affirmant que « les médias algériens, toutes catégories confondues, sont appelés à faire face à ces viles campagnes avec un haut professionnalisme ».

  1. Bouslimani s’est dit confiant en la capacité des médias nationaux à « transmettre la véritable image de l’Algérie au moyen de la plume, du son et de l’image, des armes fatales pour faire face aux forces du Mal qui guettent le pays ».

« En dépit de toutes les tentatives flagrantes et les plans ourdis par ces forces du mal, l’Algérie, avec son Armée et son peuple, avance résolument sur la sa voie tracée par le président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune pour l’édification de l’Algérie nouvelle, l’Algérie rêvée par les chouhada et dont rêvent les jeunes d’aujourd’hui ».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

deux × un =