BILAN HEBDOMADAIRE DES ACCIDENTS A ORAN : 67 accidents de la route ont fait 5 morts et 48 blessés

Cinq (05) ont trouvé la mort et 48 autres ont été blessées dans 67 accidents de la route survenus la semaine passée (du 28 février au 6 mars) à travers le territoire de la wilaya d’Oran, indique, mercredi, un communiqué de la Protection civile.  Le bilan le plus lourd a été enregistré au niveau de la wilaya Oran, précise la même source. Le phénomène fait de plus en plus de décès et de blessés si l’on doit tenir du bilan annuel (2020) de la protection civil, qui enregistre pas moins de 2 666 accidents survenu à Oran.  La Protection civile, rappelle que la prévention est de mise, ainsi que la prise en charge rapide des victimes des accidents de la circulation aussi.  Les services de la protection civile font ainsi un véritable travail de fond en veillant à la formation des secours médicalisés, des agents de secours routiers, mais également en plaçant des agents aux postes de secours routiers, sur les axes les plus importants et les plus touchés, pour réduire le temps d’intervention et ainsi sauver le maximum de vie… Mais cela ne semble pas suffisant, la nouvelle année n’est pas de tout repos pour les services de la protection civile dans la mesure où l’hécatombe routière continue d’endeuiller les familles Oranaises. Nos routes sont donc devenues un véritable coupe-gorge et de plus en plus de véhicules de transport en commun sont impliqués dans des accidents de la route. A l’heure où nous mettons sous presse, un autre drame a coûté la vie à 06 personnes, lorsque un autocars et camion, desservant les lignes (Bordj Bou Arreridj-Sétif ) sont entrés en collision. Confié souvent à de jeunes conducteurs n’ayant aucune expérience ou formation dans le domaine, cette catégorie professionnelle de transporteurs est pointée du doigt pour être à l’origine de plusieurs accidents mortels, autrement dit, un accident d’un transport de marchandises ou d’un transport en commun cause plus de dégâts humains et matériels, avec souvent des séquelles graves et traumatisantes sur l’opinion publique. A ce titre, la Protection civile met l’accent sur la nécessité de faire un vrai travail de sensibilisation, pour s’attaquer à la recrudescence de ces accidents il faudrait alors passer par la formation des conducteurs, la révision de l’attribution du permis de conduire, la limitation de l’âge, des contrôles médicaux réguliers pour revoir l’aptitude des transporteurs d’assurer de long trajets, le respect du temps de repos pour les longues distances, mais aussi en aménageant des relais de repos, en dédoublant les voies et en renforçant la répression… Mais est-il donc plus dangereux de voyager en car que par un autre moyen de locomotion? Et bien, il semblerait que non, ce serait même l’inverse et ce même si une répartition par catégorie de véhicules dans les accidents routiers montre que les camions, bus et autocars sont impliqués en nombre dans la totalité des accidents. Face à l’adversité, les conducteurs tentent de rassurer: «L’autocar est loin d’être le moyen de locomotion le moins sûr, il serait même un mode de transport dix fois plus sûr que la voiture individuelle et au coude à coude avec le transport ferroviaire et aérien».  Pour eux, comme c’est le cas avec l’avion, les accidents de cars sont souvent plus médiatisés car il y a plus de victimes d’un coup. La couverture médiatique d’un accident de car avec 10 victimes sera beaucoup plus importante que celle de cinq accidents de voitures avec un ou deux morts.

Hadj Hamdouche

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

2 × un =