Bechar: vers la réalisation d’un projet de culture de la spiruline

Un projet de culture de la spiruline, une cyanobactérie qui présente des qualités nutritionnelles remarquables, est en voie de montage par deux jeunes universitaires à Bechar, a-t-on appris lundi à l’occasion des travaux de l’atelier sur les opportunités d’investissement dans le secteur des ressources halieutiques.

Le projet a pour objectif la promotion et le développement de cette filière dans la région, au vu des qualités alimentaires exceptionnelles de cette cyanobactérie, reconnue par plusieurs instances internationales dont les Nations-Unies », a déclaré à l’APS le directeur local du secteur de la pèche et des ressources halieutiques, Djamel Boulekhessaim.

« Ses promoteurs seront soutenus et accompagnés par le secteur pour la concrétisation de ce projet dont la production sera destinée à l’exportation », a-t-il ajouté en signalant que c’est la spiruline de la région de Tamanrasset qui sera introduite dans le cadre de ce projet, vu que sa culture est adaptée aux conditions climatiques des régions sahariennes, à l’instar de Bechar.

Les jeunes universitaires porteurs de ce projet, Asma Abid et Ben Mohamed Sawsan, spécialistes respectivement en microbiologie et en management, ont estimé que leur projet, unique en son genre dans la wilaya de Bechar, du fait que sa production sera destinée à l’exportation.

Elle contient encore de nombreux autres éléments, dont le calcium, magnésium, potassium, chlorophylle, phycocyanine, et son utilisation dans l’alimentation est en développement à travers le monde, en plus de constituer une matière première dans les industries cosmétique et pharmaceutique, selon la même source.

Cet atelier organisé par le secteur de la pèche et des ressources halieutiques va permettre de trouver les financements nécessaires à sa réalisation avec le concours des structures publiques, notamment l’Agence nationale d’appui et de soutien à l’entrepreneuriat et l’Agence nationale du microcrédit, ont signalé les deux universitaires.

L’atelier auquel ont participé plusieurs institutions et établissements publics concernés par le développement des investissements publics et privés a permis aux intervenants de mettre l’accent sur l’encouragement des investissements dans la promotion et le développement des ressources halieutiques à travers la région de Bechar, qui dispose de plusieurs atouts climatiques et naturels propices au développement de ce secteur d’activité économique.

Une zone d’activités de développement de l’aquaculture sera créée au chef-lieu lieu de la commune frontalière de Béni-Ounif (110 km au Nord de Bechar), sur une superficie de 100 ha, selon M. Boulkhessaim, qui a fait état de la création auparavant d’une zone similaire à Adrar, sur un périmètre de 346 ha.

Dans le sud du pays, sont dénombrés actuellement douze (12) projets, dont huit (8) à Adrar, deux (2) à Bechar, un (1) à Tamanrasset, un (1) à Tindouf, en plus de deux (2) projets d’investissements en voie de finalisation, selon le même responsable.

De janvier à fin novembre 2020, il a été enregistré une production de 5,6 tonnes de différentes espèces de poissons d’eau douce à travers les wilayas du sud ouest du pays, et une autre de 88 tonnes dans les activités de pèche continentale et récréatives aux barrages de Djorf Ettorba (Bechar) et de Brezina (El-Bayadh), en attendant la mise en service de deux autres projets de fermes aquacoles à Bechar avec une capacités de production de 5 et 20 tonnes/an de poissons d’eau douce, a relevé la même source.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

9 + dix-neuf =