BAISSE CONSIDERABLE DES NOUVEAUX CAS DE COVID-19 EN ALGERIE: Le bilan fait état de 91 nouveaux cas, 93 guérisons et 02 décès ces dernières 24 heures

En ce dimanche 21mars, l’autorité sanitaire, en l’occurrence l’institut pasteur   rapportent une baisse considérable en matière de nouveaux cas de COVID-19 en Algérie, soit une accalmie aléatoire appuyée par le rapport de la veille. Il s’agit des chiffres les plus bas de la semaine. Le bilan des décès attribuables au virus, le confirme d’avantage. Dans son plus récent bilan quotidien concernant l’évolution du coronavirus, le Comité scientifique de suivi de l’évolution de la pandémie fait état de 91 nouveaux cas, soit 05 de moins que la veille (samedi 20 mars). Avec cette dernière mise à jour, le nombre de cas depuis le début de la pandémie se stabilise à un très bas niveau. D’autre part, le comité scientifique de suivi de la pandémie recense 02 nouveaux décès et moins d’une centaine de cas de guérison (93), soit huit (08) de moins que la veille. Ces données du comité scientifique transmettent claire la baisse prononcée des nouveaux cas déclarés pour les 24 dernières heures. Notons que les hospitalisations  ont diminué par rapport au derniers mois, pour un cumul de 17 patients se trouvent actuellement en soins intensifs dans les unités COVID-19 du pays, à l’heure actuelle. Selon le porte parole du comité de suivie de la pandémie, le total des cas confirmés en Algérie s’élève à 116.066 cas, soit 0,3 cas pour 100.000 habitants. M. Fourar a fait savoir également que le nombre des décès a atteint 3.057 cas, tandis que le nombre des patients guéris est passé à 80.566. Pour sa part, le Pr. Nadjet Mouffok, infectiologue au CHU Dr. Benzerdjab, a estimé que l’Algérie « a réagi rapidement face à la Covid-19 », dans une conférence présentée à Oran. Dans sa conférence intitulée « La Covid-19, leçons et perspectives », Pr. Mouffok a fait un bref historique de la Covid-19 depuis son apparition et sa découverte dans la ville chinoise de Wuhan en 2019, notant « la réaction rapide des autorités algériennes en matière de prévention et d’organisation des soins, avant même l’apparition des premiers cas de contamination par le coronavirus en Algérie ». « Des frontières fermées, des rapatriements, des mesures de confinement, des fermetures des commerces, le renforcement des moyens, entre autres mesures prises, l’Algérie a bien réagi face à la crise, ce qui a permis d’éviter des scénarios catastrophes », a expliqué la spécialiste. Pour elle, même avec l’introduction de vaccin anti covid-19 et la vaccination de 75.000 personnes jusqu’à hier mercredi, « il faudrait maintenir les mesures de protection et de prévention comme la distanciation, le lavage fréquent des mains, et le port du masque », ajoutant que 15 à 20 % de cas de contaminations enregistrés sont graves, les 80% restants sont bénins. « Ce sont les personnes âgées et les malades chroniques qui en payent le prix », a-t-elle fait savoir.  Et afin de se prémunir d’autres épidémies à l’avenir, Pr Mouffok a plaidé pour une bonne éducation sanitaire aussi bien du personnel soignants que des citoyens, l’aménagement des structures sanitaires et la création unités de confinement dédiées aux maladies contagieuses, la normalisation des lits de réanimation, la modernisation des soins et la fourniture de tous les moyens nécessaires.

Hadj Hamdouche

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

dix-sept − seize =