Attar: Les prix du baril pourraient se maintenir au-delà de 50 dollars

Les prix du baril pourraient se maintenir au-delà de la barre des 50 dollars au moins durant les six premiers mois de 2021, « si les bonnes décisions sont prises pour préserver les cours du marché  pétrolier », a indiqué lundi à Alger le ministre de l’Energie, Abdelmadjid  Attar.

Lors d’un point de presse en amont de la tenue des travaux de la 25e réunion du comité ministériel conjoint de suivi (JMMC) et la 13e réunion ministérielle Opep-Non Opep par visioconférence, M. Attar a fait savoir que les prix du baril pourraient se maintenir au delà de la barre des 50 dollars, au moins durant les six premiers mois de 2021, si les pays participants parviennent aux décisions permettant de préserver les cours du marché pétrolier.

« Jusqu’à aujourd’hui, nous avons toujours pris des décisions qui ont  préservé les cours, le Brent est à 52 dollars et le Sahara Blend dépasse les 50 dollars », a-t-il fait observer, confiant que selon les données actuelles, « il serait souhaitable pour nous de ne pas augmenter la production durant le mois de février, afin de ne pas impacter les marchés ».

La réunion interministérielle Opep-Non Opep regroupe par visioconférence les 23 pays (13 pays de l’Opep et 10 non membres de l’organisation) signataires de la Déclaration de Coopération. Elle est consacrée à l’examen de la situation du marché pétrolier international et à ses perspectives d’évolution à court terme.

« Evaluer les résultats des décisions prises est important car durant le mois de novembre nous avons décidé d’augmenter la production de 2 millions de baril pour 2021 et 500.000 barils durant le mois en cours », a expliqué le ministre.

  Selon lui, « les résultats du mois de décembre et les prévisions du mois de janvier sont très importants  durant une période où la demande en énergie diminue ».

Lors de cette réunion, il s’agira notamment pour les participants, selon le ministre, de décider d’une augmentation ou non de 500.000 barils durant le mois de février ou non.

A noter que la 25e réunion du JMMC aura à évaluer le niveau de respect  des engagements de baisse de production des pays signataires de la Déclaration de Coopération pour le mois de décembre.

Le JMMC est composé des pays membres de l’Opep (Algérie, Arabie Saoudite, Emirats Arabes Unis, Irak, Koweit, Nigéria et Vénézuela) ainsi que deux pays non membres de l’organisation, à savoir, la Russie et le

Kazakhstan.

Lors de cette réunion, il s’agira notamment pour les participants, selon le ministre, de décider d’une augmentation ou non de 500.000 barils durant le mois de février ou non.

A noter que la 25e réunion du JMMC aura à évaluer le niveau de respect  des engagements de baisse de production des pays signataires de la Déclaration de Coopération pour le mois de décembre.

Le JMMC est composé des pays membres de l’Opep (Algérie, Arabie Saoudite, Emirats Arabes Unis, Irak, Koweit, Nigéria et Vénézuela) ainsi que deux pays non membres de l’organisation, à savoir, la Russie et le Kazakhstan.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

quatre + 3 =