APRES HUIT ANNEES D’ATTENTE : Le programme des 1 300 logements LPA de Belgaïd bientôt achevés

Lancés en janvier 2013 pour des délais ne devant pas excéder les 24 mois, le programme des  1.300 logements LPA aura dépassé finalement les huit années de réalisation.  Dans ce contexte, le projet des 108 logements promotionnels aidés (LPA) ont été distribués cette semaine au niveau du pôle urbain de Belgaïd, dans la commune de Bir El Djir. C’est en présence des autorités locales, que la cérémonie de distribution symbolique des clés a été accompli aux profits de à des dizaines de bénéficiaires. Le directeur de l’Office de promotion et de gestion immobilière (OPGI), Yahiaoui Salem, a expliqué que la réalisation de ce programme, inscrit au titre du quinquennal (2010/2014), enregistre des taux d’avancement de 78% au pôle urbain de Belgaïd, dont une grande partie est prise en charge par l’OPGI d’Oran, a-t-on rappelé. La livraison de cette partie de logements LPA, s’opérera progressivement avec un tableau prévisionnel qui prévoit la remise des clés aux bénéficiaires de ce type de logements, soutenu par l’Etat, durant ce premier trimestre de 2022. Les sites qui connaissent des taux  inférieurs de réalisation verront leurs logements, de ce programme de 2013, livrés au plus tard en mars 2022. Le logement promotionnel aidé par son prix très attrayant cache néanmoins une facette très critiqué et déploré par les souscripteurs. Il s’agit en faite du  montant des logements qui est très exorbitant entre les projets réalisé sous la maitrise d’ouvrage des promoteurs immobiliers privés et celle de l’OPGI qui est moins contraignante en matière de cout du logement. Pour, les dossiers de souscription pour ces logements avaient été déposés au niveau des daïras, qui a passé au peigne fin l’éligibilité des aspirants, sauf que cette rigueur n’allait pas plus loin. En effet, le promoteur privé, même s’il avait à réalisé ces logements, ne pouvait établir la liste des bénéficiaires. Cette étape est du ressort de la daïra, ceci pour éviter aux postulants à ces logements de donner des dessous de table aux promoteurs privés pour en bénéficier. Cependant, cette démarche était vaine, car ce  procédé était généré par la majorité des promoteurs ayant réalisé des logements LSP par le passé et l’on reprit avec le programme LPA. Notons que le coût réel d’un logement de type F3 était d’un peu plus de 290 millions de cts, chez l’OPGI, alors que chez le privé, les postulants se retrouvaient toujours à payer une centaine de millions de plus, voire même le double du prix conventionnel.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

quatre × deux =