AMMAR BELHIMER, PORTE-PAROLE DU GOUVERNEMENT: « L’Algérie nouvelle fera face à quiconque oserait l’attaquer »

Le ministre de la Communication, Porte-parole du Gouvernement, Ammar Belhimer a affirmé dimanche que l’Algérie nouvelle, bâtie sur les « revendications légitimes » du Hirak populaire authentique, fera face à quiconque oserait l’attaquer, médiatiquement ou par tout autre moyen.

M.Belhimer a assuré que le peuple algérien « est suffisamment conscient et n’autorisera pas à ce type de manœuvres tramées contre son pays de menacer la stabilité et la paix régnantes, d’autant plus qu’il avait subi les affres du colonialisme, puis le terrorisme des années durant ». Les positions de l’Algérie « sont fondées sur les considérations du droit, de la justice et de l’honneur, et l’Algérie ne déviera guère de ses positions ni elle marchandera ses principes », a-t-il souligné, faisant savoir que « le grand chantier lancé il y a une année, commence à porter sobrement ses fruits ».

« La preuve la plus tangible serait la concrétisation par le Président de la République de son engagement, à travers l’amendement de la Constitution tel que l’aurait souhaité le peuple et soulevé par les jeunes lors du Hirak populaire béni », a soutenu le ministre de la Communication.

La Constitution de 2020 est « un gage pour mettre le train de l’édification sur les railles, à juste titre », dira-t-il, indiquant que les auteurs participants à son élaboration, parmi l’élite, les cadres universitaires et les compétences politiques, « contribuent aujourd’hui de manière intense à l’enrichissement des textes réglementaires y afférents, tels que le projet de loi électorale et le projet de loi sur les partis politiques ». De même qu’ils contribuent, poursuit-il, à enrichir « la loi relative à l’information, laquelle sera soumise à des amendements à même de démontrer les efforts de l’Etat pour la promotion des libertés, et renforcer le rôle des moyens d’information, comme partenaire efficace dans le redressement de l’Etat, voire un accompagnateur des efforts déployés dans le développement ».

De même qu’ils contribuent, poursuit-il, à enrichir « la loi relative à l’information, laquelle sera soumise à des amendements à même de démontrer les efforts de l’Etat pour la promotion des libertés, et renforcer le rôle des moyens d’information, comme partenaire efficace dans le redressement de l’Etat, voire un accompagnateur des efforts déployés dans le développement ».

S’agissant de la nouvelle loi électorale, M.Belhimer a affirmé que la mouture du projet de loi propose des « solutions efficientes pour extirper la corruption qui a porté atteinte à l’image de l’Algérie et miné l’action de ses institutions, y compris les institutions élues qui ont eu affaire à l’argent sale et la corruption, pour acheter les voix et les consciences et mettre à l’écart les compétences probes ».

Le texte renferme également des « règles relatives au financement de la campagne électorale, lequel financement a été limité par un article dudit avant-projet, aux apports des partis politiques, aux contributions personnelles du candidat, aux dons monétaires ou en nature provenant des citoyens, ainsi qu’aux aides éventuelles de l’Etat pour les jeunes candidats ».

Il est question aussi dans l’article, « d’un possible remboursement par l’Etat d’une partie des dépenses de la campagne électorale ».

Abordant la relance de l’économie nationale, le ministre de la Communication dira que la réalisation de cette relance exige de « garantir au produit national une place sur les marchés mondiaux ». Il faudra d’abord « assurer la disponibilité de tous les produits sur le marché local, à travers la création des pôles de productions spécialisés dans les différentes régions du pays », a-t-il ajouté.

Le ministre a également souligné que l’Algérie est « un pays pivot » et joue « un rôle majeur » dans le continent africain, estimant qu’il « est temps de l’exploiter économiquement en tissant des partenariats permanents mutuellement bénéfiques pour tous les pays du continent ».

Evoquant le bilan de son secteur, M. Belhimer a indiqué que tous les ateliers et les actions entreprises jusqu’à ce jour s’inscrivent dans le cadre d’un « plan d’action mis en place en concertation avec tous les acteurs et les professionnels du secteur ».

Abordant le dossier de la mémoire, le ministre a indiqué que l’Algérie y « accorde « une grande importance » et œuvre  » à plusieurs niveaux, à recueillir les informations et les données indispensables au parachèvement du processus de récupération des archives, à l’effet de condamner les crimes du colonialisme français inique et d’informer les générations, de la réalité vécue et endurée par nos aïeuls, tout au long d’un siècle et demi de barbarie coloniale ».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

9 + sept =