Algérie/Cameroun: la mission d’hommes d’affaires algériens couronnée par la signature de plusieurs accords

La mission effectuée au Cameroun du 22 au 28 janvier courant par une délégation algérienne formée d’hommes d’affaires de la Confédération générale des entreprises algériennes (CGEA) et d’opérateurs du secteur public a été couronnée par la signature de plusieurs protocoles d’accords et des discussions « fructueuses », a indiqué dimanche un communiqué de la CGEA.   

 La délégation algérienne, qui a achevé sa mission samedi 28 janvier, a été reçue en audience par plusieurs ministres dont celui des Relations extérieures, de l’Economie, planification et aménagement du territoire, du Commerce, de la Santé Publique, de l’Eau, de l’Energie, de l’Agriculture et développement rural, des Travaux publics de l’habitat et développement urbain, a précisé la même source.

« La délégation a eu l’honneur d’être reçue également à deux reprises par le Premier ministre du Cameroun », a ajouté le communiqué.

Outre les discussions « fructueuses » tenues au cours de ces audiences et des rencontres à Yaoundé et à Douala, la mission s’est soldée par la signature du protocole de création du Conseil d’affaires algéro-camerounais entre la Chambre algérienne du commerce et d’industrie (CACI) et la Chambre du commerce et d’industrie et d’artisanat du Cameroun, ainsi que la convention d’approfondissement de la coopération entre la CGEA et le Groupement interpatronal du Cameroun (GICAM), a fait savoir l’organisation patronale.

Lors de cette mission, il a été procédé à « la signature par les opérateurs algériens de sept (07) protocoles d’entente pour la transformation des produits (maïs, café, noix de cajou, mangue, ananas, œufs et orge), ainsi que la signature d’un protocole d’accord avec le Groupement interprofessionnel des entrepreneurs du Cameron (GIPEC).

Plus de 30 sociétés publiques et privées activant dans différents domaines ont pris part à cette mission économique, notamment des secteurs de l’agroalimentaire, du bâtiment et travaux publics (BTP), de l’industrie pharmaceutique, de l’électroménager et de l’électronique.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

trois × 4 =