Aïmene Benabderrahmane : le Plan d’action du Gouvernement prévoit des feuilles de route sectorielles et des mécanismes de suivi et d’évaluation

Le Premier ministre, ministre des Finances, Aïmene Benabderrahmane, a indiqué lundi à Alger que le Plan d’action du Gouvernement sera concrétisé par l’adoption de « feuilles de route » sectorielles élaborées par chaque département ministériel, ajoutant qu’un « mécanisme de suivi et d’évaluation de la mise en œuvre » sera mis en place.

Au terme de sa présentation du Plan d’action du Gouvernement devant les membres de l’Assemblée populaire nationale (APN), en présence des membres du gouvernement, M. Benabderrahmane a précisé que le Plan d’action « sera concrétisé par l’adoption de feuilles de route sectorielles élaborées par chaque département ministériel, qui sera chargé de définir la matrice des activités et les objectifs attendus de chaque activité, ainsi que les délais de mise en œuvre prévus », ajoutant qu' »un mécanisme sera mis en place pour suivre et évaluer périodiquement et en continu sa mise en œuvre selon des indicateurs quantitatifs précis ».

« La conjugaison des efforts de tous » s’impose pour atteindre les objectifs tracés dans ce « programme ambitieux », a soutenu le Premier ministre, assurant que le Gouvernement « souhaite travailler avec toutes les bonnes volontés dans ce pays, au service des intérêts de notre pays et de nos concitoyens, sous la direction éclairée du président de la République et conformément à ses instructions ».

Le Gouvernement travaillera avec les différents partenaires « avec sincérité et abnégation afin d’atteindre les objectifs de nos programmes et plans qui visent un développement inclusif et équilibré, afin d’améliorer la situation et la stabilité de l’Algérie au niveau intérieur et promouvoir sa place dans le concert des nations », a souligné le Premier ministre.

Le plan d’action du Gouvernement a pris en considération l’aspect « opérationnel » avec « classement des priorités »

Le Premier ministre a également affirmé que le Gouvernement a pris en considération dans son plan d’action, l’aspect « opérationnel » avec « classement des priorités », en fonction des exigences de la conjoncture actuelle.

Présentant le plan d’action du Gouvernement aux membres de l’Assemblée populaire nationale (APN), M. Benabderrahmane a indiqué que ce plan se veut « la ligne d’orientation » sur laquelle sont fondées les démarches du Gouvernement et qui ont pris en compte l’aspect « opérationnel avec classement des priorités en fonction des exigences de la conjoncture actuelle », en sus des objectifs tracés par le Président de la République au sein de ses engagements.

Le Premier ministre a indiqué que le Gouvernement « s’emploiera sans relâche à valoriser et à consolider les acquis et réalisations (…) et continuera à aller de l’avant dans l’accomplissement de ce qui reste des objectifs et engagements dans le cadre de l’édification des fondements de l’Algérie Nouvelle », ajoutant que les conjonctures économique et sociale que vit le pays ont coïncidé avec l’élaboration de ce plan, notamment dans la situation de crise sanitaire qui requiert du Gouvernement de  » redoubler d’efforts, en vue de faire face à la pandémie, à ses répercussions et à ses retombées sur tous les plans ».

M. Benabderrahmane a appelé tout un chacun, quel que soit le poste de responsabilité, à se mobiliser et à conjuguer les efforts « afin de relever les défis » auxquels fait face l’Algérie en vue de garantir « une vie décente à nos concitoyens et assurer un avenir meilleur à nos enfants dans la sécurité, la stabilité, le bien-être et la prospérité ».

Le Gouvernement est « déterminé » à œuvrer pour « concrétiser réellement la volonté de bâtir une Algérie nouvelle, en réponse aux aspirations du peuple algérien » qui n’a de cesse « plaider pour un Etat de droit et de souveraineté et aspirer à une gouvernance économique moderne et transparente, souhaitant voir l’instauration d’une politique sociale juste et équitable, loin des pratiques de la corruption et du népotisme qui ont gangréné l’économie nationale », a assuré le Premier ministre.

Cette démarche, poursuit M. Benabderrahmane, vise à « rétablir la confiance de notre vaillant peuple dans les institutions de l’Etat et reprendre son rôle en tant que partenaire contribuant à l’émergence de pratiques politiques saines et démocratiques ».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

2 × 3 =