70 PATIENTS ATTEINT DU CORONAVIRUS EN VOIE DE GUERISON A ORAN: Au dernier bilan, 45 cas pris en charge par les différents centres de la wilaya

Cinq espaces ont été aménagés dans le circuit, de façon à accueillir les malades pour ensuite les prendre en charge par catégories: à commencer par les cas suspects pour aboutir en dernier lieu à la réanimation pour les cas les plus critiques. Dans ce contexte, pas moins de 45 cas ont été recensés et pris en charge dans les structures de la wilaya d’Oran, dont 7 cas dans un état désespérés.  Alors que deux cent quarante-cinq (245), (dont 45 à Oran) nouveaux cas confirmés de Coronavirus (Covid-19), 203 guérisons (70 à Oran) et 5 décès (1 à Oran) ont été enregistrés samedi dernier, a annoncé le Dr Boukhari du service de prévention de la direction de la santé et de la population d’Oran. En visitant la structure aménagé à l’EHU d’Oran, la première structure désigné comme centre Covid-19, commence un circuit à toute épreuve. Du centre de tri où les médecins questionnent les patients, remplissent des formulaires et orientent les patients vers le service retenu pour leur prise en charge. Durant cette phase, ces derniers demeurent à l’extérieur et le médecin communique avec eux à travers une petite ouverture. Les cas présentant des symptômes d’infection au Coronavirus et ceux qui déclarent avoir eu un contact avec une personne contaminée avérée sont orientés, pour leur part, vers des secteurs spécifique, que sont accueillis, en premier lieu, les cas suspects. « Nous n’avons pas les moyens de dépister toutes les personnes qui viennent à l’hôpital, soit une trentaine en moyenne par jour. Nous faisons des tests aux seules personnes présentant de forts symptômes ou de forts risques de contamination », souligne le Pr Tayeb. Les autres sont priés de rester en confinement chez elles. Médecins et infirmiers, portant des tenues d’isolation. L’atmosphère est feutrée. Pas un bruit ne vient troubler ce silence pesant. « Le risque d’infection est multiplié par 150 dans les chambres », explique le Pr Khemliche Belarbi, le chef de service réanimation. La protection des équipes médicales est le cheval de bataille du patron de la Réanimation. Intransigeant, il estime qu’il est de son devoir d’assurer les moyens pour que ses équipes exercent leurs missions tout en étant protégés. « Pour l’instant, les moyens de protection sont disponibles », assure-t-il. Le Pr. Khemliche ne peut pas se prononcer sur l’évolution de l’état sanitaire des malades. Il espère voir le nombre de cas Covid19 baisser. « Le confinement et les gestes barrières sont les seuls moyens pour y arriver », estime-t-il.

Hadj Hamdouche

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

2 × deux =