200 LOGEMENTS POUR ES-SENIA : Vers l’exploitation des assiettes foncières récupérées pour des projets LPA

Les assiettes foncières récupérées, suite aux opérations de relogement des habitants des bidonvilles et des habitations précaires à Oran et ses environs, seront exploitées pour la réalisation de Logements promotionnels aidés (LPA), a indiqué dimanche le wali Saïd Sayoud. Dans une déclaration le chef de l’exécutif de wilaya a fait savoir que les assiettes foncières récupérées suite aux opérations de relogement des habitants des bidonvilles et des habitations précaires seront destinées à la réalisation des projets LPA ayant enregistré une forte demandes, notamment à la daïra d’Es-Senia. La wilaya d’Oran a annoncé qu’il s’agit de plusieurs d’hectares récupérés suite aux opérations de relogement des habitants des bidonvilles et des habitations précaires pour la réalisation de logements LPA. Le wali a expliqué que les services et commissions sont en passe de finaliser les opérations de tri pour procéder ensuite à la convocation des souscripteurs de manière graduelle, soulignant que la wilaya tiendra ses promesses faites aux citoyens en veillant à accorder ces logements au profit des habitants de la wilaya d’Oran uniquement. Il ajoutera que ce quota viendra renforcer le programme gelé des 4 200 logements à Oran.

Les habitants de Bousfer et Mers El Kébir exigent l’affichage de la liste

Dans un autre registre, suite à la vague de protestations des exclus de la liste de distribution de logement, des programmes en cours à Oran, les habitants de Bousfer et Mers El kébir suivent le pas, en appelant les autorités locales à procédé à l’affichage de la liste  des bénéficiaires des logements locatifs participatives.  En effet quelque 500 logements sociaux dans la commune de Bousfer et 32 autres à Mers El Kebir devaient être attribués à leurs bénéficiaires en début d’année, a-t-on appris de sources proches de la wilaya. Notons que ces projets de réalisation ont été achevés depuis deux (02) ans déjà. Il s’agit d’un  total de 532 logement répartis sur 2 communes de la daïra d’Ain El-Turck, devait être distribué aux mal-logés, à partir du mois de juillet 2021 pour être reporté à une date ultérieur. Les opérations de raccordement aux réseaux divers (eau, électricité et gaz) sont achevées alors que les travaux de revêtement des chaussées dans les sites de Bousfer et Mers El-Kébir sont presque achevés, a-t-on fait savoir. Notons que les autorités locales seront, sans aucun doute, confrontées à un compliqué dilemme pour confectionner les listes des bénéficiaires et ce, en raison du faible quota dont dispose cette daïra face à la forte demande des postulants.  L’étude des dossiers est un véritable casse-tête pour les gestionnaires de ce dossier. En effet, selon les mêmes sources, l’étude de plus de 8.000 dossiers en instance, déposés par les mal-logés des seules communes de Bousfer et d’El Ançor.  Malgré le volume important de programmes sociaux  réalisés, il est difficile de satisfaire la demande en matière de logements.  Selon l’opinion publique, L’exécutif de wilaya n’a pas pu créer les conditions à même de neutraliser les filières de distribution “informelles” des logements sociaux au sein de cette institution. Cette faille dans la politique d’attribution explique en partie l’aggravation de la crise du logement. Une commission de wilaya composée de représentants du wali d’Oran et de directions de l’Habitat, l’Urbanisme, l’Office de promotion et de gestion immobilière (OPGI) a procédé à une opération de contrôle et d’inspection des différents programmes d’habitat prévus pour leur attribution au courant de ce 2ème semestre, a-t-on annoncé.   Rappelons que les autorités locales avaient appelés les postulants aux logements sociaux de Bousfer, pour réactualiser leurs dossiers. Cette opération de réactualisation des dossiers intervient à quelques jours de l’attribution de quelque 500 logements sociaux. Par ailleurs et en perspective de l’attribution prochaine des logements répartis entre les communes de Bousfer, Mers El Kébir et El Ançor, l’étude des dossiers des demandeurs de logement se poursuit toujours, a-t-on appris de sources proches de la daïra.  Pour rattraper le retard enregistré dans l’attribution de ses logements, les services de l’Office ont renforcé les visites d’inspection sur le terrain avec pour objectif d’inciter les entreprises à respecter les délais de livraison des chantiers. Selon des sources proches de l’Office, on saura que parallèlement aux projets réceptionnés et aux chantiers achevés, l’OPGI a également procédé au lancement de nombreux projets qui étaient à l’arrêt. Un retard qui est dû soit à des défaillances des entreprises, soit à des difficultés administratives. Sur ce et en application des directives données par le wali d’Oran quant au suivi régulier de tous les chantiers d’habitat, l’Office a relancé les travaux de plusieurs logements répartis entre plusieurs localités.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

trois × quatre =